Lignes directrices sur les services de bibliothèque et d’information pour les personnes handicapées

Remerciements – Association canadienne des bibliothèques (ACB), Réseau des collections et des services accessibles. Version finale. Janvier 2016. Adoptée par la FCAB-CFLA en novembre 2016

Introduction

En 1993, l’Association canadienne des bibliothèques (ACB) a tenu un Forum national où elle a défini le besoin de lignes directrices sur le service aux personnes handicapées dans les bibliothèques. Une longue consultation et une collaboration intense de par le pays ont débouché sur des lignes directrices de l’ACB sur les services de bibliothèque et d’information pour les personnes handicapées (Canadian Guidelines on Library and Information Services for People with Disabilities), publiées en 1997.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques présente les lignes directrices révisées ci‑après qui ont été préparées par le Réseau des collections et des services accessibles de l’ACB, en consultation avec les organismes nationaux de personnes handicapées. L’objet de ces lignes directrices est de recommander aux bibliothèques de divers types, tailles et ressources certaines pratiques pour la prestation de services accessibles et inclusifs. Ces lignes directrices constitueront une ressource pour l’élaboration de la planification stratégique, de la politique et du service.

L’importance de l’accès

Environ 15 % de la population mondiale a une incapacité quelconque. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, ce chiffre augmente sous l’effet de la croissance démographique, des progrès de la médecine et du processus de vieillissement.

Au Canada, on estime que 14 % des adultes (3,8 millions de personnes) ont une incapacité. La prévalence de l’incapacité augmente continuellement avec l’âge : 2,3 millions de Canadiens d’âge actif (15-64 ans), ou 10 %, ont dit avoir une incapacité en 2012, comparativement à 33 % des aînés canadiens—ceux de 65 ans et plus. Les types les plus fréquents d’incapacité varient aussi selon l’âge. Dans le groupe d’âge le plus jeune, celui des 15‑24 ans, les types d’incapacité les plus fréquents étaient les incapacités mentales/psychologiques, les troubles d’apprentissage et l’incapacité liée à la douleur, alors que chez les 45 ans et plus, les incapacités physiques liées à la douleur, à la flexibilité et à la mobilité étaient plus fréquentes. Plus de huit personnes handicapées sur 10 utilisent des aides ou appareils et accessoires fonctionnels.

En 2006, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la première convention relative aux droits de la personne du XXIe s., la Convention relative aux droits des personnes handicapées. En 2010, le Canada a ratifié la convention avec l’appui sans réserve des provinces et des territoires. Au niveau national, la législation sur la protection des droits des personnes handicapées se trouve dans la Charte canadienne des droits et libertés. Dans les provinces et les territoires, les droits des personnes handicapées sont protégés en vertu de diverses lois sur les droits de la personne. Les avancées législatives récentes, comme la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO) et la Loi sur l’accessibilité pour les Manitobains (LAM), visent à éliminer systématiquement les obstacles à l’accès pour les personnes handicapées dans l’espace public et privé. Cette législation se veut complémentaire des législations existantes, comme les divers codes provinciaux des droits de la personne et du bâtiment, par une réglementation qui écarte les obstacles à l’accès.

Avec l’adoption de règlements et de conventions en matière d’accessibilité dans les provinces et au niveau local, les bibliothèques seront appelées à faire les adaptations qui s’imposent. Les bibliothèques ont une responsabilité fondamentale de servir tous les membres de leur collectivité.

Lignes directrices

Les présentes lignes directrices proposent des recommandations en matière d’accessibilité tout en tenant compte dans toute la mesure du possible des différents types, tailles et ressources des bibliothèques.

Mandat, politique et planification des bibliothèques

Le mandat de la bibliothèque communique aux utilisateurs, au personnel et à la collectivité ce que fait la bibliothèque, ce qu’elle représente et pourquoi il en est ainsi. Par une approche communautaire de la politique et de la planification, les bibliothèques peuvent « être utilisables par tous sans nécessiter d’adaptation ni de conception spécialisée ».

  1. Les règlements administratifs et règlements de régie interne de la bibliothèque devraient être assortis d’une disposition énonçant que l’accès pour les personnes handicapées fait partie de son mandat institutionnel.
  2. Les normes de service de la bibliothèque devraient affirmer que le personnel traite les personnes handicapées avec la considération, la dignité et le respect auxquels tous les clients ont droit. Tout le personnel devrait avoir une formation en service accessible à la clientèle.
  3. Le personnel de la bibliothèque devrait connaître les Principles of Universal Design publiés par le Center for Universal Design, North Carolina State University, qui serviront à rendre la bibliothèque plus inclusive et plus accessible pour tous les utilisateurs. La bibliothèque devrait avoir un membre du personnel ou une personne‑ressource dans la collectivité ayant une expertise de la conception universelle.
  4. La direction et le personnel de la bibliothèque devraient être bien au fait des législations nationales ou provinciales/territoriales des droits de la personne, des codes du bâtiment et des autres règlements sur les personnes handicapées et l’accessibilité. Pour appuyer ce principe, le personnel et les membres du conseil de la bibliothèque devraient recevoir un exemplaire des normes et/ou lignes directrices nationales, provinciales/territoriales et municipales relatives à l’accessibilité des bibliothèques.
  5. Le personnel de la bibliothèque devrait consulter les textes sur l’accessibilité publiés par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA). Parmi les sections de l’IFLA qu’il faut bien connaître, on peut mentionner : la Section des bibliothèques au service des personnes ayant une déficience de lecture des imprimés; la Section des services de bibliothèque pour les personnes ayant des besoins spéciaux.
  6. La bibliothèque devrait avoir des politiques expliquant les pratiques et procédures normales en matière de :
    • Anti-discrimination
    • Adaptation du service
    • Accessibilité de l’information
    • Accessibilité de la formation en service à la clientèle
    • Utilisation de chiens-guides, animaux d’assistance et accompagnateurs
    • Technologies, matériel et dispositifs d’assistance
    • Accessibilité des communications
  7. Le personnel de la bibliothèque devrait utiliser les approches d’engagement communautaire, avec accent sur le modèle communautaire, pour aider à révéler les obstacles au service et à trouver des solutions. On trouvera une source d’information dans la publication du Working Group Project : Community-Led Libraries Toolkit.
  8. Le comité consultatif de la bibliothèque et le conseil de la bibliothèque devraient encourager la participation des personnes handicapées.
  9. Le plan stratégique de la bibliothèque devrait comprendre l’accessibilité, comme l’espace physique (les installations), l’approvisionnement, les programmes, les sites Web de la bibliothèque, les médias sociaux, les systèmes de bibliothèque intégrés (SBI), les collections et l’équipement. La bibliothèque devrait faire rapport annuellement de ses progrès à la collectivité.
  10. La bibliothèque devrait avoir un plan d’urgence et d’évacuation qui tienne compte de l’évacuation sécuritaire des personnes handicapées.
  11. La bibliothèque devrait procéder à des évaluations de ses services pour vérifier qu’ils sont équitables et inclusifs pour tous les membres de la collectivité. Les méthodes d’évaluation pourraient comprendre des chiffres et d’autres statistiques sur les utilisateurs et les prêts, des groupes de discussion formés de représentants variés, des entrevues, des sondages, des évaluations de programme, des suggestions des utilisateurs, les plaintes, et d’autres formes de rétroaction.

Services publics

Le succès de la prestation de services accessibles de la bibliothèque publique passe par la compréhension des besoins de la collectivité et l’offre d’options. Les modes d’accès au service de la bibliothèque devraient être fondés sur les principes d’inclusion et le respect des besoins de la personne.

  1. La bibliothèque devrait donner la priorité à l’offre des types de services suivants :
  • les collections sur supports de substitution
  • l’accessibilité des sites Web, du catalogue en ligne et des ressources électroniques
  • l’accessibilité des dispositifs informatiques, des dispositifs et des logiciels d’aide (p. ex., lecteurs et agrandisseurs d’écran)
  • le prêt d’équipement pour accéder à des documents sur supports de substitution (p. ex., lecteurs DAISY)
  • les réseaux sans fil haute vitesse pour le téléchargement / visionnement continu de documents en ligne
  • l’inscription à distance par carte de bibliothèque
  • l’aide technologique par des ressources comme le personnel de bibliothèque, les organismes partenaires, les bénévoles et les groupes de pairs
  • l’aide du personnel par des choses comme le courriel, le clavardage, les textos, le téléphone, la télécopie, les services de relais, les webinaires et les tutoriels vidéo
  • des services d’extension pour ceux qui sont incapables de visiter une bibliothèque. Les exemples peuvent comprendre les services de dépôt de collections, les services de bibliothèque mobile et les services de livres par la poste
  • des options pour des périodes de prêt prolongées, sans amende
  1. La bibliothèque devrait utiliser les stratégies d’Universal Design for Learning (UDL) pour offrir des espaces et des méthodes d’enseignement adaptés aux différents types d’apprenants. Parmi les exemples : offrir des salles d’étude et des aires communes d’apprentissage, offrir des activités d’apprentissage visuel, pratique et auditif, et offrir d’avance des documents d’instruction.
  2. L’autodéclaration de la déficience perceptuelle (ou l’incapacité de lecture d’imprimés) devrait être suffisante pour les clients qui veulent un accès à la collection sur supports de substitution produite en vertu des exemptions à la Loi sur le droit d’auteur.
  3. Lorsqu’un titre n’est pas disponible sur support accessible, la bibliothèque devrait pouvoir faciliter l’accès à une copie accessible, comme le permet la Loi sur le droit d’auteur pour les personnes ayant des déficiences perceptuelles. La bibliothèque ne devrait pas faire payer les coûts associés à l’obtention ou à la production d’une copie accessible.
  4. La bibliothèque devrait offrir les collections et les ressources sur divers types de déficiences pour sensibiliser le public et le personnel en consultation avec les organismes nationaux de personnes handicapées.
  5. Tout le personnel de la bibliothèque devrait connaître les exemptions au droit d’auteur pour les personnes ayant des difficultés de lecture d’imprimés, les conditions d’admissibilité et les politiques de prêt des documents sur supports de substitution.

Communications, marketing et sensibilisation

Des stratégies inclusives pour les communications, le marketing et la sensibilisation aideront la bibliothèque à rejoindre le plus grand nombre possible d’utilisateurs des divers groupes démographiques.

  1. Le personnel de la bibliothèque devrait bien connaître le langage « People First» ainsi que le dépliant du gouvernement fédéral Le Pouvoir des Mots et des Images. Comme la terminologie des personnes handicapées ne cesse de changer, le personnel de la bibliothèque devrait aussi consulter les membres et les représentants des groupes de personnes handicapées dans la collectivité pour la terminologie à utiliser.
  2. Le personnel de la bibliothèque devrait utiliser une langue simple pour la production de documents destinés au public. Pour plus d’information, voir les Federal Plain Language Guidelines du Plain Language Action and Information Network (PLAIN), ainsi que les Clear Print Accessibility Guidelines de l’INCA.
  3. La bibliothèque devrait utiliser diverses méthodes pour annoncer ses services : brochures/affiches en gros caractères, annonces audio sur les sites Web, alertes par téléphone et par courriel, etc.
  4. La bibliothèque devrait compter sur une personne maîtrisant la langue des signes américaine et/ou la langue des signes québécoise (LSQ) disponible sur appel et/ou former certains membres du personnel à l’ASL/LSQ. La bibliothèque qui n’a pas de personnel capable de communiquer dans une langue des signes devrait utiliser des outils de communication non verbale (stylo et papier ou messages sur appareil mobile).
  5. Le personnel de la bibliothèque devrait consulter l’Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Toolkit de l’Université de Waterloo pour connaître les pratiques exemplaires en communication accessible (p. ex., invitation/inscription à une séance, présentations, événements/tests/sondages en ligne, facturation/reçus, téléphone, interactions personnelles).
  6. La bibliothèque devrait fournir des documents électroniques accessibles prêts à convertir à l’intention du public. Des instructions et de la formation pour créer des documents prêts à convertir (p. ex., documents Word et PDF correctement créés) devraient être mises à la disposition du personnel de la bibliothèque. Pour les ressources sur la façon de créer des documents accessibles, voir les Création de documents numériques et de sites web accessibles du Conseil des universités de l’Ontario. Voir aussi l’Accessible Digital Office Document (ADOD) Project de l’Inclusive Design Research Centre (OCAD University). Pour plus d’information sur la façon de produire de l’information en braille, visitez Littératie braille Canada.
  7. Les bibliothèques devraient joindre des bas de vignette ou des transcriptions à tous leurs produits vidéo et audio destinés au public. Pour les pratiques exemplaires et un répertoire des fournisseurs de services et des logiciels, voir le Report on Accessible Media (ROAM) du Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario.
  8. La bibliothèque devrait se donner un plan pour voir à ce que son contenu Web soit conforme aux plus récentes Web Content Accessibility Guidelines (WCAG), qui comprennent les commentaires des personnes handicapées. Pour un outil de vérification de l’accessibilité d’un site Web de bibliothèque, voir ca.
  9. La promotion des services accessibles devrait être intégrée dans le plan de marketing et de communication d’ensemble de la bibliothèque. Les bibliothèques devraient travailler en collaboration avec les organismes pour voir à offrir des occasions de promotion conjointe et à accroître la communication au sujet de l’accessibilité des services de bibliothèque.
  10. Le marketing et la formation internes élaborés pour le personnel et les administrateurs devraient faire partie intégrante de la promotion et de l’amélioration des services accessibles.

Budget et acquisitions

Les services accessibles de la bibliothèque doivent être pris en compte dans la planification budgétaire et les acquisitions. Les points à étudier devraient comprendre l’achat des collections, le matériel de bibliothèque, le mobilier, les systèmes de bibliothèque et les contrats avec les fournisseurs.

  1. Les mesures à prendre pour assurer l’accessibilité des installations physiques et des services de la bibliothèque, et pour acquérir les technologies adaptées, devraient être précisées dans le processus budgétaire de manière qu’il soit possible d’apporter des améliorations dans le cadre d’un programme graduel soigneusement planifié.
  2. L’achat de supports de substitution devrait faire partie du processus budgétaire de la collection. Là il n’y a pas de supports accessibles facilement disponibles, il faut documenter les décisions d’acquisition et élaborer des plans pour éventualités quant à la façon de trouver des supports accessibles pour répondre à la demande d’un client.
  3. Dans le cadre de l’acquisition des systèmes de bibliothèque et des services numériques, la bibliothèque devrait accorder la priorité aux fournisseurs qui offrent des services entièrement accessibles.
  4. Les accords de licence électronique devraient être assortis d’une ou de plusieurs dispositions permettant de tirer une copie des documents offerts sous licence sur un support de substitution pour les personnes handicapées. On trouvera des exemples dans les Modèles de licence du Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario.
  5. La bibliothèque devrait consulter la Trousse d’information sur l’accessibilité pour les bibliothèques préparée par le Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario pour connaître des pratiques exemplaires en matière d’acquisitions.

Ressources humaines et formation

L’offre de services accessibles entièrement intégrés suppose la création de connaissances et de compétences du personnel au sujet des déficiences, des supports de substitution et des technologies adaptées.

  1. Il devrait y avoir en place un programme de formation continue pour les administrateurs de la bibliothèque, le personnel existant, les nouveaux employés, les bénévoles et les membres du conseil de la bibliothèque pour accroître la sensibilisation et la sensibilité, définir les compétences et donner de l’information sur les droits et les besoins des personnes handicapées, et aider à susciter des attitudes positives et appropriées. La formation pour la bibliothèque devrait couvrir différents types de déficiences, comme :
  • Les déficiences d’apprentissage
  • Les déficiences visuelles
  • Les incapacités physiques
  • La maladie mentale
  • Les déficiences d’élocution ou de langage
  • Les déficiences de développement ou intellectuelles
  • Les déficiences auditives
  • Les déficiences sensorielles
  1. Les personnes handicapées et les représentants des groupes de personnes handicapées devraient participer aux séances de formation du personnel.
  2. Les politiques et procédures de formation devraient comprendre des lignes directrices concernant la confidentialité, le service équitable et l’égalité d’accès pour les personnes handicapées.
  3. La bibliothèque devrait dresser une liste de personnes et d’organismes ayant une expertise particulière sur diverses formes d’incapacité dans leur collectivité.
  4. La bibliothèque devrait mettre tout en œuvre pour recruter des employés rémunérés et des bénévoles handicapés. Cette politique devrait être transparente dans les annonces de poste et les entrevues.
  5. Tout le personnel de la bibliothèque doive avoir des connaissances de base en accessibilité, mais un membre du personnel devrait aussi être désigné comme personne‑ressource responsable des services d’accessibilité de la bibliothèque : pour donner de l’information au personnel et au public, pour coordonner les activités et les services; pour se tenir au courant des faits nouveaux et des tendances et partager cette information avec ses collègues; pour assurer la liaison avec les groupes de personnes handicapées dans la collectivité; et pour faire fonction de coordonnateur interne au sein de la bibliothèque. Tout le personnel devrait être en mesure de répondre aux questions qui n’exigent pas d’expertise en matière d’incapacité, p. ex., une personne handicapée ne devrait pas être automatiquement renvoyée au coordonnateur des services d’accessibilité, mais être servie directement par le personnel de la bibliothèque comme n’importe quel autre client/utilisateur de la bibliothèque.

Gestion des collections

Selon le mandat de la bibliothèque (bibliothèque spéciale, universitaire ou publique), le contenu des collections différera; cependant, l’offre d’une gamme diversifiée de supports demeurera la même à l’échelle de tous les types de bibliothèques.

  1. La politique de développement de la collection de la bibliothèque devrait comprendre les acquisitions et les supports de substitution dans toute la mesure du possible.
  2. Le processus des acquisitions devrait comprendre l’achat de titres sur des supports que tout le monde peut utiliser, ainsi que sur des supports spécialisés.
  3. Les acquisitions devraient tenir compte des observations des consommateurs et des spécialistes sur le terrain ainsi que des observations des utilisateurs pour vérifier l’utilisabilité des plateformes et du contenu des fournisseurs.
  4. La bibliothèque devrait collaborer avec les auteurs et les éditeurs locaux pour accroître la disponibilité de titres qui sont accessibles à la source, en leur donnant une rétroaction particulière sur la façon d’améliorer leur contenu.

Partage des ressources

La stratégie la plus efficiente pour étendre la portée des collections sur supports de substitution de la bibliothèque est le partage des ressources. La bibliothèque peut aussi se faire partenaire des éditeurs, des fournisseurs et des organismes pour éviter le dédoublement inutile des efforts pour la production de supports de substitution.

  1. Les politiques d’acquisition devraient tenir compte des occasions de partage de ressources.
  2. La bibliothèque produisant des fonds de collection sur supports de substitution devrait :
  1. La bibliothèque devrait consulter les Sigles et politiques de prêt entre bibliothèques au Canada de Bibliothèque et Archives Canada pour trouver l’information et les politiques utiles pour ses prêts.
  2. La bibliothèque devrait promouvoir et privilégier les réseaux de bibliothèques et d’institutions locales, provinciales/territoriales, régionales, nationales et internationales pour assurer la disponibilité de documents sur supports de substitution par les programmes de prêt entre bibliothèques, de coopérative et d’abonnements. Voici certains exemples de dépôts de documents sur supports de substitution au Canada : la Canadian Association of Educational Resource Centres for Alternate Format Materials (CAER) (pour le secteur M‑12), le Service ontarien de ressources éducatives en format de substitution (pour les établissements d’enseignement financés sur les fonds publics en Ontario), l’Accessible Content E-Portal (ACE) (pour les bibliothèques universitaires de l’Ontario), le Service québécois du livre adapté offert par BAnQ (pour les résidents du Québec), le Centre for Equitable Library Access (CELA) et le Réseau national des services de bibliothèque équitables (RNSBE) (pour les bibliothèques publiques du Canada). Bookshare est un exemple de dépôt disponible à l’échelle internationale.

Dispositifs et accessoires fonctionnels et technologies adaptées

Comme plus de huit Canadiens handicapés sur 10 utilisent des aides et des dispositifs et accessoires fonctionnels, un environnement de bibliothèque qui offre des technologies adaptées permettra aux clients d’accéder aux services de la bibliothèque de façon plus indépendante et privée.

  1. Le site Web et le catalogue en ligne de la bibliothèque devraient être compatibles avec les technologies adaptées. Le personnel de bibliothèque responsable de ces services devrait recevoir de la formation sur l’accessibilité Web et les technologies adaptées. Pour connaître les ressources pour les administrateurs, les programmeurs et les concepteurs, visiter WebAIM.
  2. Les bibliothèques devraient être dotées de postes de travail publics continuellement maintenus et équipées de mobilier, de matériel informatique et de logiciels pour répondre aux besoins des personnes ayant différents types de déficiences. Par exemple : bureaux à hauteur ajustable, écrans géants, souris roulantes, claviers à gros caractères et couleurs contrastantes, agrandisseurs d’écran et logiciels de lecture d’écran.
  3. Le personnel de la bibliothèque devrait connaître l’utilisation des services de relais pour les personnes ayant une déficience auditive ou un trouble de la parole. Pour plus d’information, visiter Accessible Services : Relay Services for People with Hearing or Speech Disabilities du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.
  4. La bibliothèque devrait fournir des appareils et accessoires fonctionnels de lecture pour appuyer l’utilisation des collections sur supports de substitution.
  5. Il ne devrait pas être obligatoire de révéler sa déficience pour utiliser les appareils et accessoires fonctionnels de la bibliothèque ou les technologies assistées, par respect pour la confidentialité de l’utilisateur.
  6. Le plus grand nombre possible de membres du personnel devraient être familiers avec les appareils et accessoires fonctionnels et les technologies assistées qu’offre la bibliothèque, de manière que les clients et les employés puissent recevoir de l’aide pour l’utilisation de l’appareil ou de l’accessoire lorsque le responsable du dépannage n’est pas disponible.
  7. Les manuels et les instructions pour l’utilisateur devraient être disponibles pour le personnel comme pour le public. Les manuels et les feuilles d’instructions devraient être accessibles sur supports de substitution.
  8. Les achats importants devraient être planifiés en fonction de l’évaluation des besoins de l’utilisateur, de la consultation de groupes de discussion et d’une recherche sur a) les coûts d’entretien, du service et de l’utilisation du matériel; b) la disponibilité d’un matériel identique ou compatible dans les centres locaux de produits pour personnes handicapées ou d’autres bibliothèques; c) les évaluations ou d’autres renseignements sur le rendement, le coût et la fiabilité du produit.
  9. Les contrats de service avec les fournisseurs devraient comprendre la formation et le dépannage ainsi que la démonstration des caractéristiques d’accessibilité des outils et des plateformes.

Accès physique

Une conception sans obstacle aide à faire de la bibliothèque un lieu accueillant pour tous les utilisateurs. Comme elle est tenue de se conformer aux codes du bâtiment et aux règlements fédéraux, provinciaux et municipaux applicables, la bibliothèque devrait aussi envisager ce qui suit :

  1. Le personnel de bibliothèque devrait bien connaître les normes d’accessibilité contenues dans la dernière édition du Code national du bâtiment du Canada et de la norme Conception accessible pour l’environnement bâti pour la planification des nouvelles installations de bibliothèque ou la modification/rénovation des installations existantes.
  2. L’environnement de bibliothèque devrait comprendre :
  • des parcours accessibles des transports en commun jusqu’à la bibliothèque;
  • l’accès en fauteuil roulant ou en scooter électrique. Cela vaut pour les aires de stationnement, les entrées de la bibliothèque, les sentiers et les couloirs, les allées, les salles de toilettes, les salles de programmation et les comptoirs de service;
  • un éclairage distribué uniformément (sans clignotement) à l’extérieur comme à l’intérieur de la bibliothèque;
  • diverses options d’éclairage dans les aires de lecture;
  • un système auditif à boucle pour les comptoirs de service et les aires de rassemblement;
  • des murs et des planchers insonorisants;
  • des planchers antidérapants;
  • des tons contrastants sur les murs, les planchers et les portes;
  • des systèmes d’alarme d’urgence audibles et visuels;
  • un tracé tactile et visuellement contrastant entre l’entrée principale et la réception;
  • des affiches sans reflet, tactiles et en couleurs contrastantes;
  • des toilettes familiales;
  • une salle/aire de repos avec mobilier/éclairage discret;
  • un environnement sans odeur.
  1. La bibliothèque devrait consulter les personnes handicapées avant de construire une nouvelle installation ou de modifier une installation existante. Elle devrait se donner un comité d’utilisateurs formé de personnes handicapées pour définir les besoins d’accessibilité.

Défense et promotion

Tous les membres et les administrateurs de la bibliothèque ont la responsabilité de promouvoir l’accès équitable aux services de bibliothèque aux niveaux régional, national et international en faisant des recommandations aux gouvernements. Pour faciliter la promotion des questions d’accessibilité :

  1. Les écoles de bibliothéconomie, les programmes de formation de techniciens de bibliothèque et de bibliothécaires enseignants devraient intégrer dans leur programme d’études les services de bibliothèque accessibles, y compris la législation pertinente, des exemples de services de bibliothèque, avec accent sur la valeur des approches axées sur la clientèle et la collectivité pour les professionnels en devenir.
  2. Le personnel et les administrateurs de la bibliothèque devraient se tenir proactivement au courant des questions d’accessibilité des bibliothèques, en assistant à des conférences sur l’accessibilité et s’intéressant activement aux serveurs de listes de diffusion sur l’accessibilité.
  3. On devrait inviter des experts du domaine à donner des ateliers de formation et à faire des présentations mettant en lumière des technologies émergentes et des solutions innovatrices pour la construction d’environnements d’apprentissage inclusifs pour tous les clients de la bibliothèque.
  4. La bibliothèque devrait conclure des partenariats avec des organismes similaires et externes pour collaborer à des projets, réduire le double emploi et veiller à atteindre un niveau uniforme de qualité dans l’acquisition ou la production de supports accessibles et de services accessibles à l’échelle de différents organismes, ce qui créerait un processus transparent pour les utilisateurs qui fréquentent plusieurs bibliothèques.
  5. La bibliothèque devrait travailler avec les éditeurs pour promouvoir des documents accessibles à la source.

Références

Association canadienne de normalisation. B651-12 – Conception accessible pour l’environnement bâti. 2012. Consulté le 13 janvier 2016. http://shop.csa.ca/fr/canada/accessibility/b651-12/invt/27021232012

Bibliothèque et Archives Canada. Catalogue collectif national. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.bac-lac.gc.ca/fra/services/catalogue-collectif-national/Pages/catalogue-collectif-national.aspx

Bibliothèque et Archives Canada. Sigles et politiques de prêt entre bibliothèques au Canada. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.collectionscanada.gc.ca/6/16/s16-202-f.html

Canadian Association of Educational Resource Centres for Alternate Format Materials (CAER). Consulté le 13 janvier 2016. http://caercanada.ca

Center for Universal Design. North Carolina State University. Principles of Universal Design. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ncsu.edu/www/ncsu/design/sod5/cud/aboutud/udprinciples.htm

Centre for Equitable Library Access (CELA). Consulté le 13 janvier 2016. www.celalibrary.ca

Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Relay Services for People with Hearing or Speech Disabilities. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.crtc.gc.ca/eng/infosht/t1038.htm

Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. Accessibility Information Toolkit for Libraries. Consulté le 13 janvier 2016. http://ocul.on.ca/accessibility/.

Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. Accessible Content E-Portal (ACE). Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ocul.on.ca/node/2192.

Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. CBUO Model Licenses. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ocul.on.ca/collections/licenses

Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario. Report on Accessible Media (ROAM). Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ocul.on.ca/node/3132

Conseil des universités de l’Ontario. Accessible Digital Documents & Websites. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.accessiblecampus.ca/aoda-everyday/reference-library/accessible-digital-documents-websites/

Conseil national de recherches du Canada. Code national du bâtiment du Canada. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.nrc-cnrc.gc.ca/eng/publications/codescentre/codesguides.html

Disability is Natural. People First Language. Consulté le 13 janvier 2016. www.disbilityisnatural.com

Gouvernement de l’Ontario. Loi sur les personnes handicapées de l’Ontario (LPHO). Consulté le 13 janvier 2016. https://www.ontario.ca/fr/lois/loi/01o32

Gouvernement du Canada. Le Pouvoir des Mots et des Images : Conseils généraux pour mieux représenter les personnes handicapées. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.esdc.gc.ca/eng/disability/arc/wordsimages.shtml

Gouvernement du Canada. Loi sur le droit d’auteur. Consulté le 13 janvier 2016. http://laws-lois.justice.gc.ca/eng/acts/c-42/

Gouvernement du Manitoba. Loi sur l’accessibilité pour les Manitobains (LAM). Consulté le 13 janvier 2016. http://web2.gov.mb.ca/laws/statutes/ccsm/a001-7f.php

INCA. Clear Print Accessibility Guidelines. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.cnib.ca/en/services/resources/Clearprint/Documents/CNIB%20Clear%20Print%20Guide.pdf

Inclusive Design Research Centre (OCAD University). Accessible Digital Office Document (ADOD) Project. Consulté le 13 janvier 2016. http://adod.idrc.ocad.ca/

International Federation of Library Associations and Institutions. Libraries Serving Persons with Print Disabilities Section. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ifla.org/lpd

International Federation of Library Associations and Institutions. Library Services to People with Special Needs Section. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.ifla.org/lsn

Littératie braille Canada. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.brailleliteracycanada.ca/fr/accueil.

National Center on Accessible Educational Material. Consulté le 13 janvier 2016. http://aem.cast.org/

National Center on Universal Design for Learning. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.udlcenter.org/

Parlement du Canada. 2012. Le Canada et la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/ResearchPublications/2012-89-e.htm

Réseau national de services de bibliothèque équitables (RNSBE). Consulté le 13 janvier 2016. https://nnels.ca/fr

Service ontarien de ressources éducatives en format de substitution (SOREFS). Consulté le 13 janvier 2016. http://alternativeresources.ca/Aero/Public/WelcomePage_fr.aspx.

Statistique Canada. 2015. Un profil de l’incapacité chez les Canadiens âgés de 15 ans ou plus, 2012. Consulté le 13 janvier 2016. http://www5.statcan.gc.ca/olc-cel/olc.action?ObjId=89-654-X2015001&ObjType=46&lang=fr&limit=0

United Nations Enable. Fact Sheet on Persons with Disabilities. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.un.org/disabilities/default.asp?id=18

Université de Waterloo. Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Toolkit. Consulté le 13 janvier 2016. https://uwaterloo.ca/library/aoda-toolkit/customer-service-standard

Web Accessibility Checker. Consulté le 13 janvier 2016. www.achecker.ca

WebAIM. Consulté le 13 janvier 2016. www.webaim.org

Working Together Project. The Community-Led Libraries Toolkit. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.librariesincommunities.ca/

World Wide Web Consortium. Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0. Consulté le 13 janvier 2016. http://www.w3.org/WAI/.

Remerciements

Un merci spécial aux membres du Réseau des collections et des services accessibles pour leur contribution à la révision du présent document, et en particulier aux membres suivants du Groupe de travail :

  • Alan Carlson – Direction des bibliothèques de la Colombie-Britannique
  • Andrew Miller-Nesbitt – Université McGill
  • Bob Minnery – Service ontarien de ressources éducatives en format de substitution (SOREFS)
  • Catherine Kelly – Bibliothèque provinciale de la Nouvelle-Écosse
  • Denise Weir – Direction des bibliothèques publiques du Manitoba
  • Erika Martin – Direction des bibliothèques publiques du Manitoba
  • Grace Dawson – Service des bibliothèques publiques de l’Île-du-Prince-Édouard
  • Gwen Schmidt – Bibliothèque publique de Saskatoon
  • Jaime Griffis – Bibliothèque publique de Barrie
  • John Tooth – Université de Winnipeg
  • Katya Pereyaslavska – Conseil des bibliothèques universitaires de l’Ontario
  • Kim Johnson – Direction des bibliothèques publiques de l’Alberta
  • Leslie Corbay – Direction des bibliothèques publiques du Manitoba
  • Mary Frances Laughton – Bibliothèque et Archives Canada (retraitée)
  • Rachel Breau – INCA
  • Ralph Manning – Bibliothèque et Archives Canada (retraité)
  • Tara Robertson – Langara College
  • Teresa Johnson – Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick

Les organismes suivants ont été invités à donner leur rétroaction pendant la révision du document :

  • Alliance for Equality of Blind Canadians
  • Association canadienne pour l’intégration communautaire
  • Association des malentendants canadiens
  • Association des malentendants canadiens
  • Association des sourds du Canada
  • Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire
  • Canadian Association of Educational Resource Centres for Alternate Format Materials
  • Conseil canadien des aveugles
  • Conseil des Canadiens avec déficiences
  • Fédération canadienne des aveugles
  • Institut national canadien pour les aveugles
  • Neil Squire Society
  • Société canadienne de l’autisme
  • Troubles d’apprentissage – Association canadienne
  • Vie autonome Canada
  • Vision Impaired Resource Network

Notes

Nous n’avons rien négligé pour confirmer l’exactitude des URL dans cet ouvrage au moment de la publication.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques n’est en rien responsable de la persistance ou de l’exactitude des URL pour les sites Web internes ou externes ou de tierces parties mentionnés dans cette publication et ne garantit pas que le contenu de ces sites Web est ou demeurera exact ou pertinent.

Commentaire