Select Page

Énoncé de position sur les titres de compétence étrangers

Association canadienne des bibliothèques (ACB) : approuvé le 20 juin 2003.

La reconnaissance des titres de compétence étrangers représente un défi pour toutes les professions au Canada. Cet enjeu a été mentionné au cours du discours du Trône de septembre 2002, et de nombreux articles ont été publiés dans des journaux et des magazines sur la façon dont diverses professions et métiers traitent les titres de compétence obtenus à l’extérieur du Canada. Le bureau de la FCAB-CFLA reçoit fréquemment des appels de la part d’employeurs potentiels et de personnes en recherche d’emploi au sujet de la reconnaissance des titres de compétence étrangers.

La position repose sur plusieurs prémisses :

  • la profession de bibliothécaire n’est pas réglementée au Canada;
  • un diplôme de maîtrise est le niveau de qualification élémentaire pour devenir bibliothécaire au Canada. Il s’agit du diplôme offert par toutes les écoles de bibliothéconomie au Canada, et la FCAB-CFLA participe à l’accréditation de ces écoles;
  • La FCAB-CFLA n’a pas les ressources ni le mandat pour examiner les équivalences des titres de compétence étrangers.

La FCAB-CFLA accepte la définition de qualification professionnelle de l’American Library Association :[traduction] « Le diplôme de maîtrise obtenu dans le cadre d’un programme d’études accrédité par l’American Library Association (ou dans le cadre d’un programme de maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information accrédité ou reconnu par un organisme national compétent dans un autre pays) est le diplôme d’accès adéquat à la profession de bibliothécaire. »

  • La FCAB-CFLA reconnaît, suivant le principe de réciprocité, les qualifications professionnelles obtenues dans le cadre d’un programme de maîtrise d’une école de bibliothéconomie en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Grande-Bretagne.
  • La FCAB-CFLA renvoie les questions au sujet des compétences acquises à l’étranger au Centre d’information canadien sur les diplômes internationaux (CICIC) [http://www.cicic.ca/] ou à d’autres organismes d’évaluation.

 

Notes d’information sur la reconnaissance des titres de compétence étrangers

  • Tirées du discours du Trône de 2002
    « Le gouvernement travaillera avec ses partenaires pour éliminer les obstacles à la reconnaissance des titres de compétences acquis à l’étranger et il accélérera l’entrée des travailleurs qualifiés déjà assurés d’un emploi au pays. Il fera également du Canada une destination de choix pour les étudiants étrangers talentueux et les travailleurs qualifiés, grâce à une sélection et à un recrutement plus soutenus dans les universités et par l’entremise de nos ambassades clés à l’étranger. »
  • Tirées de la page Web de l’ALA intitulée [traduction] Renseignements utiles sur l’évaluation des titres de compétence étrangers à l’intention des employeurs (https://www.ala.org/ala/hrdr/educprofdev/foreigncredentials.htm)
    La politique de l’American Library Association (ALA) prévoit ce qui suit :[traduction] « Le diplôme de maîtrise obtenu dans le cadre d’un programme d’études accrédité par l’American Library Association (ou dans le cadre d’un programme de maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information accrédité ou reconnu par un organisme national compétent dans un autre pays) est le diplôme d’accès adéquat à la profession de bibliothécaire. »
    On a déterminé que les pays suivants ont un processus d’accréditation « officiel ». Une personne qui obtient un diplôme dans un établissement d’enseignement dans l’un de ces pays est jugée apte au travail aux États-Unis.
  • Chartered Institute of Library and Information Professionals (CILIP) [anciennement la Library Association] Reconnaissance réciproque des diplômes de l’Australie et des États-Unis. Les autres diplômes sont renvoyés au National Academic Recognition and Advisory Service,

ALIA (Australian Library and Information Association)
Reconnaissance des titres de compétences accréditées par l’ALA et le CILIP. Les autres titres sont évalués sur une base individuelle à l’aide des équivalences du National Office of Overseas Skills Recognition.

 

Send Feedback