Select Page

Déclaration sur la liberté intellectuelle et les bibliothèques

Association canadienne des bibliothèques (ACB), Comité consultatif sur la liberté intellectuelle : approuvé le 27 juin 1974, le 17 novembre 1983, le 18 novembre 1985 et le 27 septembre 2015.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques reconnaît et estime la Charte canadienne des droits et libertés dans son rôle de garant des libertés fondamentales au Canada, comme la liberté de conscience et de religion; la liberté de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression; la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques soutient les principes universels de la liberté intellectuelle énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme en plus d’en faire la promotion. Ces principes incluent la liberté d’opinion, la liberté de chercher, de recevoir et de répandre les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit, sans considération de frontières.

Selon ces principes, la Fédération canadienne des associations de bibliothèques déclare que toute personne au Canada a le droit fondamental, sous réserve de la Constitution et de la loi, d’accéder à un large éventail de connaissances, de créativité, d’idées et d’opinion, ainsi que de formuler ses pensées et de les exprimer en public. Seuls les tribunaux peuvent restreindre les droits à la libre expression au Canada.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques déclare en outre que les bibliothèques ont la responsabilité fondamentale de soutenir, de défendre et de promouvoir les principes universels de la liberté intellectuelle et de la vie privée.

La Fédération canadienne des associations de bibliothèques soutient que les bibliothèques sont des institutions essentielles au Canada pour rendre le contenu expressif accessible et abordable pour tous. Les bibliothèques sont des portes d’entrée indispensables à toute personne vivant au Canada qui cherche à accroître sa qualité de vie par l’alphabétisation, l’apprentissage continu, l’engagement social et l’enrichissement culturel.

Les bibliothèques ont la responsabilité fondamentale de protéger et de faciliter l’accès aux formes d’expressions du savoir, de la créativité, des idées et de l’opinion qui sont protégées par la Constitution, y compris celles que certains groupes et personnes jugent non conventionnelles, impopulaires ou inacceptables. À cette fin, conformément à leurs mandats ainsi qu’à leurs normes et valeurs professionnelles, les bibliothèques offrent, défendent et favorisent l’accès équitable au plus large éventail de contenu expressif, et résistent aux appels à la censure et à l’adoption de systèmes qui refusent ou restreignent l’accès aux ressources.

Les bibliothèques ont la responsabilité fondamentale de protéger et de promouvoir la liberté d’expression, ainsi que le droit à un environnement et des conditions sécuritaires et accueillants. À cette fin, les bibliothèques mettent à la disposition des personnes et des groupes leurs espaces et leurs services publics sans discrimination.

Les bibliothèques ont la responsabilité fondamentale de protéger et de défendre la vie privée des personnes dans leur recherche de contenu expressif. À cette fin, les bibliothèques protègent l’identité et les activités des usagers, sauf quand les tribunaux exigent qu’elles leur cèdent ces renseignements.

Par ailleurs, conformément à leurs politiques, procédures et processus établis, les bibliothèques luttent contre les efforts visant à limiter l’exercice de ces responsabilités tout en reconnaissant aux personnes et aux groupes un droit de critique.

Les employés, les bénévoles et les directions des bibliothèques ont la responsabilité fondamentale de respecter les principes de la liberté intellectuelle dans l’exercice de leurs fonctions respectives au sein des bibliothèques.

Commentaire